Comment bien isoler un mur humide ?

isolation d'un mur humide

De nombreux logements font face à des problèmes de murs humides pour lesquels l’isolation est suggérée comme solution : On recouvre le mur d’un isolant, on plaque avec une plaque de plâtre et « Hop » on ne voit plus rien. Est-ce qu’isoler un mur humide est une bonne solution ? Est-ce efficace ou au contraire cela empire t’il le problème ? Quelles peuvent être les conséquences ? Comment rendre l’isolation utile et efficace ?

Pour un meilleur confort thermique, et la diminution de la consommation d’énergie, isoler un mur humide semble évident. Pour autant, l’isolation doit être réalisée en respectant certaines règles afin de garantir son efficacité notamment dans le cas de murs humides.

Les problèmes d’humidité dans une maison

L’humidité de l’air ambiant :

Le taux d’humidité idéal dans l’air est compris entre 45 % et 65 %, il est même précisé que cette fourchette est réduite entre 45% et 55% pour les personnes considérées « fragiles » : personnes âgées, asthmatiques, ….

On peut donc considérer qu’il y a un problème d’humidité au-delà de 65%.

Différentes causes peuvent être à l’origine de cette humidité excessive dans l’air ambiant. On notera par exemple l’absence ou l’insuffisance de ventilation : l’humidité que nous produisons par notre activité (cuisine, nettoyage, …) n’est pas évacuée et s’accumule dans l’habitation. Autre possibilité pour laquelle il est plus difficile d’agir : une humidité extérieure très élevée.

L’absence d’une isolation efficace peut également être à l’origine d’un taux d’humidité élevé dans une habitation.

Le taux d’humidité dans l’air se mesure à l’aide d’un hygromètre.

Les murs humides

L‘humidité dans les murs peut avoir différentes origines. On relève par exemple :

  • Les remontées capillaires qui sont la cause principale de la présence d’humidité dans une habitation. Les remontées capillaires sont liées au contact direct des murs avec l’eau présente dans le sol. L’eau imbibe la maçonnerie puis remonte par capillarité avant de s’évaporer à l’air libre.
  • L’infiltration est caractérisée par la pénétration d’eau dans les murs via des fissures ou des microfissures. Cette eau va imprégner les murs. L’eau de pluie peut égalent s’infiltrer via la toiture et via les matériaux poreux. Les infiltrations fragilisent la structure de la maison.
  • Une inondation, causant d’innombrables dégâts tant matériels que psychologiques, est une submersion temporaire d’un espace par l’eau. L’inondation peut intervenir suite à un débordement de cours d’eau, à la rupture de barrages, d’une digue, d’une canalisation mais également suite à l’invasion de l’eau de mer sur une zone côtière…
  • Une fuite d’eau qu’elle soit visible ou non visible.
  • Le rejaillissement lié au rebond de l’eau de pluie sur le mur. Ce phénomène apparaît d’autant plus facilement que la pluie est forte et violente, et que le sol est étanche.

Le taux d’humidité des murs se mesure à l’aide d’un humidimètre.

Conséquences de l’humidité

Quel que soit l’origine de l’humidité, les conséquences sont assez similaires :

  • Condensation : l’humidité contenue dans l’air condense en gouttelettes d’eau. Souvent visibles au niveau des ponts thermiques (fenêtres, bas de murs, …).
  • Présence de tâches.
  • Mauvaise odeur, sensation de moiteur.
  • Décollement des papiers peints.
  • Apparition de salpêtre ou de moisissures
  • Impact sur la santé : développement des acariens, sensibilité articulaire, asthme, ….

L’excès d’humidité va dégrader votre confort et votre habitation. Il vous sera donc nécessaire d’agir.

Isoler un mur en présence d’humidité

L’isolation est l’une des solutions les plus couramment employées pour lutter contre les problèmes engendrés par l’humidité. Facile à mettre en place, la simple isolation d’un mur peut être la solution dans certains cas (peu nombreux) mais doit être proscrite dans beaucoup d’autres cas : l’isolation devra être accompagnée d’une ou plusieurs autres interventions garantissant un résultat efficace et pérenne.

Isoler avec un air ambiant humide

Dans le cas de figure où l’air ambiant est surchargé en humidité (un taux supérieur à 65%), l’isolation permettra d’atténuer voire de supprimer la condensation de la vapeur d’eau au niveau des ponts thermiques. En effet, c’est au niveau des points froids d’une pièce que l’humidité de l’air aura tendance à condenser : sur une fenêtre simple vitrage, au niveau du plancher, ….

Pour les logements souffrant d’une ventilation qui n’est pas suffisamment efficace, l’isolation devra impérativement être complétée par la mise en place d’un système garantissant le renouvellement de l’air. Faute de quoi, l’humidité ambiante engendrera le développement de moisissures, de champignons dans votre habitation. La sensation de confort ne sera pas au rendez-vous et vous vous interrogerez probablement sur l’intérêt d’avoir isoler votre logement.

Isoler avec un mur humide

Tous les experts sont unanimes : Il ne faut surtout pas isoler un mur tant qu’il est humide. Le mur doit être préalablement assaini. L’isolation serait totalement inefficace et pourrait accroître les problèmes d’humidité. Il est donc indispensable de prendre en considération l’humidité du mur avant de lancer un chantier d’isolation.

Isolants souples et humidité

On entend par isolant souple : la laine de bois, la laine de verre, la laine de roche, la laine de chanvre, l’ouate de cellulose… En présence d’humidité, ces isolants vont l’absorber. Ils vont se gorger d’eau, et rapidement ils s’affaisseront. L’humidité entrainera la perte de leur pouvoir isolant.

Isolants rigides et humidité

Il s’agit ici des isolants types panneaux polystyrènes, qu’ils soient expansés ou extrudés. Ces isolants pourraient masquer le problème d’humidité des murs car le polystyrène ne réagit pas ou très peu à l’humidité. Pourtant leur utilisation peut aggraver le problème. En effet, ces isolants limitent très fortement l’évaporation de l’humidité du mur. Ainsi, cette typologie d’isolant engendre une augmentation du taux d’humidité dans le mur et accélère sa dégradation.

Isolants minces et humidité

L’isolant mince encore appelé isolant multicouche est constitué d’une ou plusieurs couches de feuilles d’aluminium ou de film plastique avec aluminium avec des couches intermédiaires de différentes natures. Cette succession de couches masque le problème d’humidité au même titre que les isolants rigides. Les feuilles d’aluminium maintiennent l’humidité dans le mur. Leur utilisation peut donc aggraver le problème.

Vous l’aurez compris, soyez vigilent sur les propositions d’isolant résistant à l’humidité. Oui l’isolant restera intègre mais pas votre mur, bien au contraire.

L’isolation performante

Selon les règles de l’art, pour que l’isolation soit durable et efficace, elle doit être associer à une étanchéité à l’eau et à l’air des parois. Il est nécessaire de s’assurer que le mur à isoler est bel et bien sain. En effet, si votre mur est sain et sec, il est le premier isolant de votre habitation.

 

De ce fait, lorsque le mur est humide et avant de réaliser les travaux d’isolation thermique, il est nécessaire d’identifier l’origine de cette humidité, de la traiter et d’attendre que le mur retrouve un taux d’humidité « normal ». Si les travaux d’isolation sont faits précipitamment, sans attendre l’assèchement du mur, l’isolant pourrait perdre de son efficacité en absorbant l’humidité résiduelle du mur. Par contre, si ce délai est respecté, vous pouvez rénover et isoler à votre guise.

Ainsi, après avoir traité l’humidité de votre mur, vous aurez le loisir de choisir l’isolant qui vous convient.

En isolant au mieux votre maison, vous allez améliorer votre qualité de vie (chaleur en hiver et  fraîcheur en été) mais également faire de conséquentes économies en minimisant la déperdition de chaleur.

Cerise sur le gâteau, isoler un mur humide en respectant les règles valorisera votre bien immobilier. La mise en place d’une isolation qualitative et durable apportera une réelle plus-value à votre logement : pensez à l’impact sur le diagnostic de performance énergétique (DPE).

 

En conclusion, retenez que l’isolation n’est pas une solution pour lutter contre l’humidité. Il est nécessaire de découvrir l’origine de cette humidité, et de mettre en place la solution adaptée pour supprimer l’humidité des murs.

 

Pour aller plus loin:

Article : « Pourquoi et comment assécher un mur humide avant sa rénovation? »

Article :  » Comment mesurer un taux d’humidité? »

Article : « Comment préparer un mur avant de le (re)peindre ? »

Partager cet article

Laisser un commentaire

*Champs requis